Case Study : Renault et son FabLab

Je me réjouis de voir un fleuron de l’industrie française en berne essayer de rebondir en allant chercher des idées hors du cadre. Renault est allé voir ce qui se faisait dans les fablab, ces ateliers de fabrication propice à la créativité et à l’innovation, pour en installer un en interne.

Je vous invite à mon résumé de l’article du blog Without Model qui nous décrit le retour d’expérience de la participation de Renault à l’expédition Fing sur les makers, DIY et FabLab.


1/ Renault a mis en place une veille active sur le phénomène des makers, DIY (Do It Yourself) et FabLab, comme quoi le pan production de l’économie collaborative ne laisse pas nos industriels indifférents. Il faut dire que l’industrie automobile a sérieusement besoin de se renouveller.

2/ C’est le département Direction Vision / Créativité qui a participé à cette expédition Fing. Il est en effet important d’envoyer le top management, celui-là même en charge de la définition de la mission et vision d’entreprise. Car quand une entreprise décide de passer à l’ère collaboratif, il ne suffit pas d’installer des outils et créer un département « Innovation Collaborative », mais s’assurer que ceux qui définissent l’orientation stratégique soient convaincus des bénéfices de muter en une entreprise 2.0.

 

3/ Renault a assigné une mission bien précise à son éventuel fablab : « un lieu permettant à la fois le prototypage rapide d’idées, l’exploration multidisciplinaire de sujets en construction, en incubation« . Si un fablab est souvent un espace ludique à l’ambiance et la déco « décontractée » favorisant l’échange, voire le jeu, le gérant de l’atelier est bien plus qu’un simple décorateur d’intérieur sachant choisir les bonnes couleurs de chaises, il doit bien avoir en tête sa mission et ses objectifs.

 

4/ « Ouverture » doit être le maître mot à bord quand vous embarquez votre entreprise dans l’exploration collaborative. Ouverture stimulée par la curiosité et l’échange, ce que les anglo-saxons appellent serendipity. Car l’ouverture ne peut que conduire (enfin si l’on reste focus) à l’enrichissement. De la mission pressentie originellement pour son fablab, Renault s’est vite rendu compte qu’en tant que lieu physique et d’échange pluridisciplinaire, le fablab, loin d’être confiné aux  problématiques d’innovation, soulevait des questions organisationnelles, RH et de culture d’entreprise. Sa définition a alors évolué vers « un tiers lieu interne,  un espace d’exploration collective,  un outil de dé-silotage, de dé-fixation ».

 

5/ Finalement, il est intéressant de noter que dans le cas du Creative People Lab de Renault, l’espace de travail a été ouvert avant d’être équipé. Il existe aujourd’hui au sein des experts un certain consensus à constater que les outils collaboratifs sont sous-utilisés, souvent faute de l’installation d’une culture de l’échange au sein des employés. L’ouverture « anticipée » du lab a permis de « peupler » petit à petit le lieu convivial, cartographier les connaissances présentes et manquantes, sortir momentanément des contraintes du retour sur investissement immédiat et ainsi créer une ébauche de culture d’entreprise collaborative. Car il ne faut pas oublier que ce sont les uages au sein du fablab qui détermineront son utilisation.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s