Pourquoi il faut arrêter de rapprocher l’Intelligence Artificielle des films de science-fiction !

IA vs ICJe m’excuse par avance du style « expéditif » de cet article. Je le fais intentionnellement bref pour qu’il soit lu, car plus important que la transformation vers l’entreprise collaborative – mon sujet de prédilection – cet article traite de l’avenir de l’humanité. Rien que ça. Je ne suis pas en train de dire que cet article fera date, mais que le sujet qui y est traité concerne tout un chacun qui veut pouvoir rester libre et maître de ses décisions.
Alors, prenons 5 minutes pour le lire, commentons-le, enrichissons-le et faisons le circuler !
En introduction ou pour vous mettre en bouche, vous pouvez lire « l’appel de 700 personnalités sur les dangers de l’intelligence artificielle » qui a inspiré mon article… On pouvait lire hier sur le Figaro.fr que même Bill Gates, pourtant à l’origine d’avancées significatives dans l’IA, rejoint le mouvement. Mais là encore, les articles font appel aux scénarios catastrophe des films de science-fiction…

 

A moins de vivre dans une autre grotte ou être un candidat Koh Lanta oublié sur son île, vous savez tous que l’Intelligence Artificielle (IA) a fait des progrès fulgurants. Ce qui a d’ailleurs entraîné des prouesses considérables dans le domaine médical par exemple, et l’astrophysicien Stephen Hawking (en photo à gauche ci-dessus) en est le 1er bénéficiaire. Pourtant, c’est lui-même, avec 699 autres personnalités qui nous met en garde contre le risque de sa prédominance sur l’intelligence humaine (vidéo de 23 secondes à regarder).

Certes, les promesses de l’IA sont belles : éradication des maladies et de la pauvreté. Mais on pourrait tout d’abord s’interroger sur le comment. Si l’éradication de la maladie se fait par pré-sélection génétique grâce à la lecture de notre génome, ne sommes nous pas en train de mettre ce progrès au service de pratiques eugéniques ? Ensuite, il faut être conscient du revers de la médaille: la recherche fondamentale coûte très chère et il faut bien la financer. Ca tombe bien, l’intelligence artificielle a déjà largement trouvé son modèle économique.

L’Intelligence Artificielle est ultra lucrative et éthiquement pas forcément mieux que la finance

C’est l’IA qu’on paie pour analyser toutes les données circulantes et donc nos data personnelles. Le fameux Big Data, nouvel or blanc de l’économie numérique. Et là, moi personnellement, ça me dérange de savoir que c’est un robot ou algorythme – appelez-ça comme vous voulez – qui me connaît mieux que personne et qui me balance sur mon écran d’ordinateur pile poil l’information qui va bien. Car la mission assignée aux moteurs de Criteo ou Google n’est pas de m’élever ou de m’éveiller mais de me fournir l’information qui correspond le plus à mon profil. Et ça, ça pose plein de questions: en premier lieu, celle de la distinction entre information et publicité, qui est déjà très floue sur un fil d’actualité Facebook par exemple. Ensuite, celle de l’ouverture à l’autre: si les informations reçues correspondent à « mon » profil, correspond-elle à une vérité collective, partagée ?
Je ne sais pas pour vous, mais je ne suis pas sûre d’être très à l’aise avec le fait d’être conduite demain par une voiture IA-commandée. Qu’est ce qu’il se passe si un imprévu – c’est à dire un évènement non planifié dans la fonction de calcul de mon système de navigation – survient ? Ou s’il y a une panne ne serait-ce que de 2 secondes de la connexion serveur ? Est-ce que je fonce dans le mur parce que ma voiture « intelligente » n’a pas pu anticiper le virage ? C’est là un moindre exemple que je vous donne pour vous montrer que ce sont des comportements que nous avons déjà intégré. Quand on prend l’avion, c’est exactement ce qu’on fait: on remet nos vies dans les mains d’un robot. Que je fasse confiance à une machine pour traverser les Océans car c’est en effet le moyen le plus pratique et sûr que j’ai à ma disposition, pourquoi pas ?
Mais sommes-nous prêts pour autant à leur confier notre façon de penser ?

L’Intelligence Artificielle qui dirige le monde n’est plus un scénario de science-fiction

C’est là que je veux en venir. Il faut arrêter de rapprocher l’IA des scénarios de films de science-fiction car le vrai danger de l’humanité n’est pas que Terminator débarque sur terre ! Le vrai danger est que nous remettions nos décisions et donc nos émotions et notre pensée aux machines. Le film « Her », un nouveau genre dans le paysage de film de science fiction, a été décrit comme une histoire d’amour romantique et poétique qui fait l’apologie de nouvelles interactions homme-machine (c’est beau de vouloir « intégrer et accueillir » cette nouvelle espèce du genre non-humain, mais il y a déjà tant à faire entre les humains). Avoir une relation amoureuse avec son système d’exploitation serait une solution aux problèmes de la solitude moderne ? Mais, au risque de vous gâcher la fin du film si vous vouliez le voir, le héros humain se fait larguer à la fin quand il découvre que son « amoureuse » entretient 650 relations en même temps et peut converser avec 3800 personnes à la fois et que celle-ci le quitte car elle le trouve trop lent !!
Et c’est effectivement ce qui se passera. L’intelligence humaine sera bientôt considérée comme obsolète, au profit de l’intelligence robotique.

Il ne s’agit pas pour autant de faire l’ayatollah et rejeter en bloc les progrès technologiques. Mais il est grand temps de se poser la gouvernance des sociétés numérisées et choisir l’intelligence collective des hommes entre eux plutôt que de confier les clés de notre devenir à l’intelligence artificielle même si cela permet de rendre nos vies quotidiennes plus pratiques et productives.

Et pour conclure et revenir à mon sujet de prédilection – l’entreprise collaborative – :
L’économie du numérique impose aux entreprises de s’adapter à ce nouvel environnement. C’est une question de survie. Mais prendre la voie de l’entreprise collaborative plutôt que l’entreprise numérisée, c’est faire le choix de miser sur les hommes, en l’occurence vos salariés, plutôt que les outils, certes de plus en plus puissant. Choisir l’entreprise collaborative est un acte sociétal et humaniste. Et économiquement gagnant, vous verrez quand vous y serez !

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s