Les chefs d’entreprise adhérents APM mieux préparés pour l’entreprise collaborative ?

APMAlors que l’APM (Association Progrès Management) vient de publier son 1ère baromètre sur l’état d’esprit des dirigeants d’entreprise, je l’ai étudié sous l’angle suivant: « Sont-ils prêts pour passer à un modèle d’entreprise collaborative ? ». L’étude ayant été réalisée sur un panel d’adhérents et sur un panel miroir de chefs d’entreprises non adhérents, il est possible de dégager une analyse comparative entre ces deux populations.

Commandée par le réseau APM, il n’est pas si surprenant de constater que l’étude montre une certaine « avance » de ses adhérents. Mais n’est-ce pas le principe même de ce genre de réseaux comptant de nombreux experts de tous genres à disposition de leurs membres, de mieux préparer les chefs d’entreprises aux mutations de demain ?

Les 4 grandes tendances relevées par l’APM…

Voici les 4 grands focus dégagés par l’APM:

  1. Des adhérents APM tournés vers la croissance et le développement à l’inverse des chefs d’entreprises du panel extérieur
  2. L’international identifié comme une opportunité plus que comme une menace
  3. Une évolution de la stratégie managériale vers plus d’autonomie et de responsabilisation des salariés
  4. L’innovation comme voie d’avenir prioritaire

 

… et mes 5 enseignements tirés de l’étude pour muter vers l’entreprise collaborative

1. La pensée positiveCapture d’écran 2015-02-01 à 08.51.34

A niveau de moral équivalent – auto-évalué à 6,6/10 – la perception de l’année écoulée n’est pas la même pour les adhérents APM que pour les autres chefs d’entreprise.
Bien sûr, le contexte économique l’a rendue « difficile » pour tous, mais quand les adhérents APM ont pu identifié des pistes de « croissance » et de « développement« , les autres chefs d’entreprise ont vu « stabilité » et/ou « baisse du CA ».
Ceci s’explique certainement par le profil des dirigeants interrogés (slide 13 de l’étude): pour 80% des dirigeants adhérents de l’APM, leur 1ère source de satisfaction est d’avoir l’opportunité de faire grandir leur entreprise, contre 50% seulement du panel miroir des autres chefs d’entreprise

 

2. Des chefs d’entreprise leaders et capitaines de la vision stratégique

On pourrait hâtivement conclure que les adhérents APM sont plus ambitieux que les autres. Il n’en est rien. L’explication serait plutôt dans le rôle et la fonction que ces dirigeants s’attribuent au sein de leur entreprise. En effet, 43% des chefs d’entreprises adhérents APM s’identifie à un dirigeant charismatique et mobilisateur, contre moins de 20% chez les autres chefs d’entreprise. En se concentrant sur la vision stratégique et la mobilisation des salariés, on s’occupe moins du quotidien, on diminue sa posture de command-control pour devenir un animateur au service d’un but collectif. Et cette prise de hauteur permet d’identifier plus facilement les opportunités que représentent l’international et l’innovation et de moins focaliser sur les soucis du quotidien, qui peuvent « plomber » les perspectives.
principales qualités chefCe que confirme d’ailleurs la slide 16 de l’étude: 69% des adhérents APM ont cité « la vision stratégique » comme qualité 1ère d’un dirigeant, versus 16% chez les autres chefs d’entreprise. Le leadership est la 2ème qualité identifiée au sein de l’APM pour 44% des chefs d’entreprise, versus 22% au sein du panel miroir.
Les 2 premières qualités d’un dirigeant dans le panel non adhérent sont l’écoute/ le dialogue et la rigueur. Dans l’entreprise collaborative, l’écoute est certes primordiale, mais ce stade est désormais dépassé au profit de l’autonomisation et la responsabilisation des salariés: s’appuyer sur ce qu’on appelle encore la base de la pyramide pour faire innover et grandir l’entreprise.
Quant à la rigueur, on voit bien à l’échelle macro-économique les résultats plus que mitigés de ce type de politique.

3. Vers un management plus collaboratif

Capture d’écran 2015-02-01 à 09.26.03

Au regard du profil type du dirigeant décrit ci-dessus par les membres APM, l’on comprend mieux qu’ils soient plus conscients que la moyenne de la nécessité de repenser nos façons de travailler au sein de l’entreprise. Ce qui revient principalement à revoir les fondamentaux du management. Et cela passe en priorité par plus de collaboratif, selon les chefs d’entreprise APM. Ce qui est en effet en adéquation avec une posture de dirigeant animateur et capitaine montrant le cap et ne craignant pas que de nouveaux rapports hiérarchiques soient synonymes de perte de pouvoir et d’influence. Autonomiser et responsabiliser les salariés est également une priorité pour les autres chefs d’entreprises, juste derrière la formation de leurs salariés. Il existe donc un consensus général à s’appuyer de plus en plus sur tous les talents de l’entreprise et plus seulement sur celui des soi-disants « sachants ». Mais pour parvenir à une organisation du travail plus horizontale propice à favoriser l’intelligence collective, la posture de dirigeant décrite par les membres APM est plus adéquate.

priorité changement managérial

4. L’innovation, clé de voûte du développement de l’entreprise

innovation et salariéSi les questions récurrentes d’implication des salariés et de leur bien-être au travail sont une raison suffisante à vouloir leur donner un rôle plus important dans l’organisation, il en existe une autre: l’innovation. Comme le révèle un des focus de cette étude, l’innovation est identifiée par les adhérents APM comme une voie d’avenir prioritaire… Et non sans hasard, les mêmes personnes estiment que l’innovation passera par l’autonomie des salariés. Là encore, l’importance accordée à l’innovation via les salariés est partagée par tous les dirigeants, membres APM ou pas.

Si la revalorisation des salariés est une priorité identifiée et partagée par tous, il semblerait que les membres de l’APM aient su tirer un enseignement plus complet et cohérent de l’année 2014 et par conséquent soient mieux préparés à y mettre les moyens : redéfinir le rôle du dirigeant comme porteur et garant de la vision stratégique qui est ainsi plus attentif aux opportunités. Concentré sur le développement et la croissance de son entreprise, le dirigeant est ainsi enclin à confier (plus que déléguer) l’opérationnel à l’ensemble des salariés et donc à repenser la stratégie managériale et à mettre en place une organisation plus horizontale pour le permettre.

5. A noter : l’absence d’ouverture sur l’extérieur

Alors que l’Open Innovation fait de plus en plus d’émules, celle-ci semble absente de l’étude APM. S’ouvrir à l’extérieur n’est même identifiée que par 10% des dirigeants tous confondus comme solution d’accélération de l’innovation. Alors que penser son entreprise comme une plateforme ouverte est un des fondements de l’entreprise collaborative. De plus, cela permettrait de répondre à 2 problématiques soulevées dans cette étude : le recours au réseau comme 1ère qualité du dirigeant à développer (slide 17) et la difficulté à identifier de bons candidats lors des recrutements pour 55% des entreprises adhérentes (slide 29).

 

Et vous, quelle lecture ferez-vous de ce baromètre ?

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s